SERVICES AUX MEMBRES

Comment s’habiller ou comment ne pas s’habiller!

Le Collectif du 8 mars pour tout-e-s a posté un montage photo très révélateur de sa position.

Le Collectif du 8 mars pour tout-e-s a posté un montage photo très révélateur de sa position.

L’interdiction du burkini sur certaines plages françaises a suscité plusieurs accusations dans les pays anglo-saxons, qui perçoivent la mesure comme un frein à l’intégration. La plupart des médias ont traité l’affaire. Pour moi, dire aux femmes comment s’habiller ou comment NE PAS s’habiller, c’est exactement la même chose.

 

« C’est choquant qu’on puisse exiger de quelqu’un qu’il se découvre ou qu’il parte. Les gens disent constamment que les musulmans devraient s’intégrer davantage, mais quand on vous rejoint pour nager, ce n’est pas bien non plus », a dit Maryam Ouiles sur la BBC

 

Le premier ministre Philippe Couillard a dit qu’il était hors de question d’interdire aux femmes de porter le burkini à la plage. La porte-parole en matière de laïcité de la CAQ, Nathalie Roy, n’était pas du même avis. Elle a déclaré mercredi qu’il fallait trouver une façon « de faire interdire ce vêtement qui est un accessoire d’asservissement de la femme, tout comme le tchador, le niqab, la burqa d’ailleurs ».

 

Ouf. Mme Roy, sachez que le burkini n’est pas une tradition musulmane. Les femmes musulmanes ne revendiquent pas le port du burkini comme un acte politique. C’est pour elles une façon de lier leur plaisir et leur pudeur.

 

Le burkini permet à beaucoup de femmes musulmanes de faire du sport, de se rafraichir et de socialiser, tout en respectant leurs croyances. Le burkini aide des femmes à s’épanouir.

 

La députée de la CAQ Nathalie Roy a dit : « C’est un symbole qui est très grave. Ce qu’on veut faire, c’est cacher le corps de la femme. Accepter le burkini, c’est admettre que le corps de la femme, c’est objet de tentation, et qu’on doit absolument le faire disparaître. »

 

Je me demande si le burkini dérange la laïcité, ou quelque chose de plus profond. Il me semble que les grandes perdantes, dans cette histoire, ce sont les femmes musulmanes. On sanctionne les victimes du patriarcat religieux. Même la leader des Femen, le groupe féministe activiste français reconnu pour son opposition féroce au port du voile, a dit que le burkini est sexiste, mais que si nous interdisions aux femmes de le porter, nous ne vaudrons pas mieux qu’une dictature.

 

C’est difficile d’être une femme en 2016. Parfois on montre trop de peau, parfois on en cache trop. Chose certaine, personne ne s’entend sur comment les femmes devraient s’habiller.

 

Est-ce qu’on peut s’entendre sur une chose? Arrêtons de dire aux femmes comment s’habiller ou ne pas s’habiller.

À écouter : un reportage de la chaine d’information de France BFMTV.

Vous aimez cet article? Partagez-le :