SERVICES AUX MEMBRES

Les jouets ont-ils un genre?

garconpoupéé

Y a-t-il des jouets féminins et des jouets masculins? Les jouets forgent-ils les stéréotypes? Comment en est-on arrivé à s’adresser à un sexe en particulier à l’aide, souvent, d’une couleur? Se peut-il que les parents encouragent davantage les garçons à jouer avec des camions et les filles avec des poupées? Ces questions, elles sont posées depuis un bon moment déjà, mais elles reviennent de plus en plus et plusieurs se mobilisent contre les jouets stéréotypés.

 

Les pères et les mères milléniaux, âgés de 18 à 30 ans, sont particulièrement sensibles aux marques qu’ils montrent à leurs enfants. Le mouvement #ToyLikeMe a été lancé afin d’inciter les fabricants de jouets à concevoir des produits représentant mieux la réalité du monde.

 

Barbie se réinvente

Mattel a annoncé qu’elle vendra désormais ses poupées selon quatre modèles et dans des couleurs de peau variées. L’entreprise propose une Barbie réinventée, plus authentique et qui reflète davantage la diversité ethnique et corporelle des femmes. Est-ce une avancée méritoire ou un coup de marketing calculé? Les critiques sur le physique invraisemblable de la poupée ne datent pas d’hier, mais depuis que Barbie perd du terrain, elle semble vouloir se renouveler. La compagnie affirme avoir écouté les nombreuses accusations des parents, notamment sur les réseaux sociaux, qui dénonçaient sa forme aux proportions irréelles. Le jouet se décline maintenant en 4 types de corps, 7 teintes de peau, 18 couleurs d’yeux et 18 coupes de cheveux. Il était temps.

 

« Avec plus de variété dans la gamme, Barbie leur donne plus de choix, de manière à mieux retranscrire la réalité du monde dans lequel elles vivent », peut-on lire sur le site Mattel. Mattel dit avoir une responsabilité envers les enfants et les parents dans la réflexion sur la beauté féminine. Elle souhaite briser le standard unique qu’elle véhiculait avec son modèle original.

 

Rappelons que plusieurs polémiques ont, dans les dernières années, taché la réputation de Barbie. À la fin novembre 2014, Mattel avait sorti le livre Barbie, je peux être une ingénieure informatique dans lequel la poupée ne pouvait rien faire sans l’aide de ses amis informaticiens. Le volume a rapidement été retiré de la vente et Mattel a dû présenter ses excuses. Barbie entrepreneur avait aussi fait couler beaucoup d’encre la même année, perçu comme une insulte aux femmes entrepreneures.

 

La faute des parents?

La Presse a publié un texte le 31 décembre 2015 portant sur les jouets stéréotypés.

 

D’abord, Louise Cossette, psychologue, explique que si on habille un bébé de façon neutre, le comportement d’un adulte envers celui-ci va changer si on lui dit qu’il s’agit d’une fille ou d’un garçon. « C’est négatif aussi pour les garçons. Une étude a montré que plus un garçon s’identifiait aux stéréotypes masculins, plus il risquait d’avoir de la difficulté à l’école », déclare Francine Descarries, sociologue.

 

À la foire du jouet de New York, la représentante de Lego a juré à La Presse que les briques intéressaient davantage les garçons jusqu’à ce que des assortiments roses pour les filles soient lancés en 2011. Une situation inquiétante, convenons-en. On peut bien vouloir diversifier les jeux qu’on propose à nos enfants, encore faut-il avoir le choix.

 

« Où est Rey? »

Rey est la nouvelle héroïne Jedi dans le récent film de la Guerre des étoiles. Cette dernière a été complètement écartée dans les ensembles de statuettes de Disney. Pas de Rey dans le Monopoly. Pas de Rey dans le modèle réduit du Millennium Falcon alors que, dans le film, c’est elle qui le pilote… Selon certaines sources, Lucasfilm aurait explicitement demandé aux fabricants de jouets d’exclure les figurines de Rey parce que « les garçons ne veulent pas de produits avec un personnage féminin ».

 

De l’espoir

Heureusement, les discussions autour des jouets sexuellement neutres ont gagné de l’ampleur au cours des dernières. L’association britannique Let Toys Be Toys (Laissons les jouets être des jouets) milite pour l’abandon du marketing genré. Son objectif est de lutter contre toute entrée des stéréotypes de genre dans l’univers ludique des enfants. En 2014, lors de l’événement Toys for Tots (Des jouets pour les enfants), le président américain Barack Obama a refusé de mettre des jeux pour les petits garçons et les petites filles dans les boîtes dédiées. « J’essaie juste de briser ces stéréotypes de genre », a-t-il dit.

 

 

Texte originalement publié dans la revue Femmes d’ici printemps 2016

Vous aimez cet article? Partagez-le :