SERVICES AUX MEMBRES

Opération tendre la main

ruban blanc

Du 25 novembre au 6 décembre 2015, l’Afeas tient sa 19e campagne annuelle de sensibilisation contre la violence envers les femmes : l’Opération tendre la main (OTM).

Durant cette campagne, les Afeas locales et régionales organisent plusieurs activités afin d’inviter les Québécoises et les Québécois à porter le ruban blanc en forme de « V » inversé et à dire « Non à la violence! ». Grâce au ruban blanc, l’OTM rayonne à travers la province.

Il convient toujours de rappeler que la violence envers les femmes et les filles concerne tout le monde et ne se limite pas à la violence physique. Elle peut être physique, psychologique, verbale, passer par le contrôle monétaire ou sexuel.

Sylvie Langlais a subi de la violence conjugale pendant 7 ans. « Tant que notre société ne réalisera pas que c’est justement un problème de société, tant que les gens ne réaliseront pas qu’on est tous responsables, tant qu’on ne prend pas position de manière claire, nette et précise [par rapport à] cette problématique, les femmes vont toujours être victimes », dit-elle. (4) Heureusement, nous pouvons changer les choses et l’éliminer.

Ensemble, #ArrêtonsLaViolence.

Engagez-vous. Portez le ruban blanc!

Quelques statistiques…

  • Les femmes ont rapporté 85 incidents de violence par tranche de 1000 femmes comparativement à 67 incidents pour les hommes.
  • Les femmes autochtones ont affiché, en 2014, un taux de 115 agressions sexuelles par tranche de 1000 femmes comparativement à un taux de 35 pour 1 000 chez les femmes non autochtones.
  • La violence conjugale touche surtout les femmes. Elles ont, comparativement aux hommes, environ 4 fois plus de chances d’en être victimes.
  • Selon la GRC, près de 1 200 femmes et filles autochtones sont disparues ou ont été assassinées au Canada.
  • Le quart des étudiantes seraient victimes d’agression sexuelle ou de tentative d’agression sexuelle. 90 % d’entre elles connaîtraient leur agresseur.
  • 90 % des cas d’agression sexuelle par une personne autre que le conjoint ne sont pas signalés.
  • Au Canada, une femme est tuée par son conjoint tous les six jours.

Sources :

(1) Statistique Canada

(2) Condition féminine Canada

(3) Condition féminine Canada

(4) Marie-Laure Josselin, Radio-Canada

Vous aimez cet article? Partagez-le :